Articles les plus populaires

Trouvez ici mes articles les plus appréciés par mes lectrices et lecteurs!

Les intemporels

Pourquoi des femmes ne sont pas féministes

Ainsi, il est erroné de prétendre que toutes les femmes sont féministes. Mais il ne s’agit pas simplement d’une erreur bénigne. Cette pensée magique a deux conséquences problématiques, dont le problème est de dépolitiser le féminisme. Si « tout le monde est féministe », forcément, le féminisme ne signifie plus rien. Une proposition ne gagne un accord consensuel que lorsqu’elle est inscrite dans le statu quo. Si le féminisme a pour vocation de changer les choses, il y a nécessairement des gen.te.s qui s’y opposent. Dans l’alternative, le féminisme n’aurait pas de raison d’être.

Drague féministe: 7 conseils pour inviter une femme à sortir

Loin de moi l’idée de faire la promotion du couple ou de l’hétérosexualité. Force est cependant de constater que beaucoup d’hommes aiment les femmes, que beaucoup de femmes persistent à former des couples avec eux, et que le dating est une réalité de cette chère société qui ne peut être ignorée. Mais s’il faut dater, autant le faire de la bonne façon. Je parle, bien entendu, de la façon féministe. 

Ce que les hommes ne comprendront jamais

J’ai déjà pensé que monbackground féministe me faisait m’inquiéter outre mesure. Sûrement, les femmes non politisées ne se posent pas autant de questions? Je constate que la peur des hommes traverse les dissensions politiques, que l’appartenance au féminisme lui est non pertinente. Je me souviens d’avoir sursauté en voyant ma propre ombre surgir devant moi, parce qu’il est tout à fait normal qu’une femme adulte ait peur d’un lampadaire. Je ne suis pas fan de la course, mais j’ai le cœur qui débat quand une voiture ralentit, le soir, pour se garer à la hauteur où je me trouve. J'ai déjà tenu mes clefs d'une main, mon cellulaire de l'autre. Je sens mes muscles se raidir quand je croise une silhouette masculine dans la rue. Je panique quand un homme s'approche pour me demander l'heure. Parfois sans même y penser, comme une seconde nature, la nature ô combien féminine de la peur. Des fois je m’arrache la tête à essayer d’expliquer le féminisme à un homme insouciant et je me dis « si seulement ils savaient ».


MAIS LAISSEZ-MOI CRIER! - Répertoire des antiféministes

J’ai une grande gueule et un cerveau. Ajoutés à un féminisme intransigeant, ça fait de moi quelque chose comme l’ennemie publique numéro un.
Que je crie ou que je chuchote, du bout de mes doigts où aidée de mes cordes vocales, il y a toujours un homme – et souvent un « féministe » – pour tenter de me réduire au silence.
Je ne suis pas ici pour éduquer les hommes. Je ne suis pas là pour retracer l’histoire de l’oppression des femmes, pour mémoriser et vulgariser toutes les études sur le sujet, pour tirer des coups de statistiques ou pour revenir, toujours, au féminisme 101.



Faire la grève de l'amour

Parce que ne pas tout donner nous rend « égoïstes », parce que ne pas aimer romantiquement nous rend « aigries », j’ai fait le choix féministe et politique de refuser de m’effacer. Après tout, exister au premier-plan de sa vie, exister sans s’effacer derrière un homme ne peut être autre chose qu’un acte politique de résistance. Refuser le devoir du sacrifice, c’est me donner de la valeur en tant que personne, plutôt que de chercher cette valeur dans la mesure des sacrifices que je ferais pour un homme, sous prétexte que « c’est ça l’amour ».


Tais-toi et crois-moi

Il est bien vu d’avoir des opinions sur tout, de débattre de tout, de chérir la diversité d’opinions, et de célébrer la méthode socratique. Faire une affirmation sans la prouver, lorsqu’on est du côté qui remet en question le statu quo, c’est échouer à remplir son fardeau de preuve. Il y a alors deux solutions, soit d’abandonner tout espoir d’apprendre quelque chose à une personne moins informée, ou de se résigner à expliquer. Encore. Encore. Encore. Encore. J’ai 812 ami.e.s Facebook. Devrais-je, à toute heure du jour et de la nuit, être fraîche et dispo pour un cours de féminisme 101?  


Actualités féministes

Emma Watson et le féminisme populaire

D'abord, l'étiquette de « féministe » : que doit-on en faire? Doit-on la réserver aux femmes?Comment parler de féminisme alors qu'il y a tant de féminismes? Peut-on être féministe et dépolitisée? Si de nombreux débats sont à ce jour irrésolus, il semble faire consensus que la connotation hautement péjorative associée au fait d'être féministe doit disparaître. Ce n'est pas que ça me dérange particulièrement d'être traitée de man-hater, de moche ou de lesbienne. C'est plutôt que ce paquet de stéréotypes - évidemment infondés - réussissent à réduire au silence des féministes plus timides. Pour progresser, le féminisme doit être considéré comme une bonne chose, ou du moins pas comme un mauvais mot. Toutefois, il ne peut y avoir de progrès s’il perd de vue son objectif, soit l'atteinte d'une réelle égalité entre les hommes et (toutes) les femmes. Le féminisme populaire réussit parfois à présenter l’étiquette féministe sous un jour flatteur, mais, pour ce faire, il la vide de son sens. C'est évidemment contre-productif. Quand on dit « tout le monde peut être féministe », on dit « ça ne prend pas grand chose ». Quand on tente de dédramatiser le féminisme, on le réduit à un courant conciliant, doux, gentil et bien contenu dans les sujets à peu près consensuels.Or, c'est là où il est impopulaire que le féminisme est le plus utile.


Foglia: laissez-nous vous violer en paix!

Mais bon. Qu’importe si vous nous faites souffrir par votre discours pro-viol et masculiniste. De toute façon, vous n’avez rien à vous reprocher, n’est-ce pas? C’est-pas-vous-c’est-l’autre, bien entendu. Vous n’avez jamais violé personne, comme vous le dites si bien. Dites-moi, combien d’hommes avez-vous vu avouer publiquement avoir déjà violé une femme? Vous comprendrez qu’on doute, M. Foglia, de la sincérité de cette garantie d’innocence. Alors que vous n’avez manifestement pas la moindre idée de ce qu’est le consentement (et, hélas, vous n’êtes pas le seul), comme il appert en survolant votre texte, on peut douter doublement. La plupart des agresseurs ne savent pas – ou ne veulent pas savoir – qu’ils sont des violeurs. Le déni est tellement plus facile.

Niqab: n'ayons pas peur de dire les choses

Contexte : en cours de campagne électorale, la question du droit de voter ou de participer à sa cérémonie de citoyenneté en portant le voile intégral a été élevé au rang d’enjeu électoral.


Lettre ouverte au Barreau

C’est avec consternation que nous avons pris connaissance de vos événements « La parole aux hommes » à l’occasion de la « journée de la femme » [sic]. Nous vous adressons cette lettre ouverte pour vous inviter à rectifier ce faux pas qui témoigne d’une profonde mécompréhension des luttes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes.